John Maxwell, expert international reconnu sur le leadership, vient de publier son dernier livre: il a pour titre « The self-aware leader » – littéralement le leader conscient de qui il est.  Après plus de 50 ans de carrière en conseil et accompagnement de dirigeants (Delta Airlines, Coca cola, Microsoft…), cet auteur aux 100 Millions de tirages insiste sur l’importance de la connaissance de soi. C’est dire l’importance du sujet ! Et c’est pourquoi nous le plaçons en premier dans nos caractéristiques qui décrivent ce qu’est un manager-coach.

Ce critère fait écho à ce que disait déjà Socrate des siècles auparavant: « Connais-toi,  toi-même »,  adage qui revêt en fait 2 facettes bien distinctes:

1- une conscience générale de sa personne – qui je suis –  en particulier mes talents et points forts qui me permettent de m’investir dans mes zones d’excellence, là où je serai le plus efficace. Il est inutile de vouloir s’échiner à développer ses points faibles. On y passerait trop de temps pour un résultat médiocre de toute façon, et au détriment de ses points forts. 

2- Une conscience permanente de son état intérieur – où j’en suis  – tout au long de la journée et de la semaine, pour bien comprendre mes cycles de fonctionnement et la gestion de mon énergie à un instant t.  Nous avons déjà développé ce 2ème aspect dans l’un de nos post de 2021.

Tant de managers au quotidien frôlent le burn-out par manque de conscience d’eux-mêmes et une inconscience de l’état dans lequel ils se trouvent: le seuil d’alerte est dépassé et leur capacité à prendre les bonnes décisions est grandement altéré.

Comment améliorer ses 2 aspects ?

Pour le point 1, le manager-coach aura réalisé au moins un test d’évaluation – un assessment –  de type MBTI®, Pro-D®, DISC®, Wave®…etc…la liste est longue !  Accompagné d’un débriefing-interprétation en face-à-face indispensable avec un expert de l’outil. Le manager-coach en tirera ensuite des points de développement ultérieurs à travailler en continu.

Pour le point 2, le manager coach aura un ou plusieurs vis-à-vis proches, ou un coach, capables de lui servir de miroir pour mettre en lumière ses angles morts – ce qu’il ne peut appréhender tout seul – dans sa posture et ses comportements.

Le manager coach connait ses points forts et ses limites. Il est en sécurité par rapport à cela et peut ainsi trouver des complémentarités dans son équipe pour suppléer à ses manques. Il n’hésite pas à valoriser ses équipiers et leur déléguer toute responsabilité qui n’est pas directement dans ses prérogatives, sans crainte de les voir réussir. Au contraire, il félicitera leur succès et les encouragera à aller plus haut

Où en suis-je par rapport à ce critère connaissance de soi du manager-coach ?